Patrimoine culturel

L’identité et l’histoire du village se sont construites à travers les siècles autour d’édifices remarquables qui constituent le patrimoine culturel de Briantes. Nous vous invitons à découvrir ces bâtiments, symboles de notre authenticité, lors de vos promenades en famille ou entre amis. Voici quelques informations pour vous accompagner.

La Chapelle de Vaudouan

L’église de Briantes

Le Château de Briantes

Le pigeonnier

Les moulins de Briantes

La Chapelle de Vaudouan

Chapelle de Vaudouan

Ouverture de la chapelle au public: tous les jours à partir de 9h

Pour tous renseignements: contacter la mairie de Briantes.

previous arrow
next arrow
Slider

Vaudouan

Origine de Vaudouan: Vallis Dianae ou Vallis Diani
Vau: Vallée – Douan: Dianes

Légende: Les gaulois appelaient Dianus un certain démon qui conduisait, la nuit, les hommes et les femmes au sabbat. Jusqu’en 1858 Vaudouan prenait un « t » (Just Veillat).

A l’intérieur de la chapelle

Les quatre dessins de la voûte centrale de la nef. Ces peintures sont l’oeuvre de « Tarniotti », artiste italien.

Vaudouan comprend une chapelle romane ainsi qu’une statue de la Vierge miraculeuse évoquant un évènement merveilleux survenu le 25 mars 1013, suivant la chronique.

« Une bergère en train de prier la Vierge Marie, découvrit une statue en bois représentant la Vierge qui tenait l’enfant Jésus avec une colombe dans ses mains. Elle alla chercher ses compagnes et ensemble allèrent la porter au curé de Briantes dans l’intention de la laisser dans l’Église. Mais le lendemain, la statue avait bizarrement disparu. C’est le soir même, quand elles menèrent leurs brebis à la source de Vaudouan qu’elles aperçurent de nouveau la statue flotter dans l’eau. 

Le curé la remit aux religieux de Saint Germain de La Châtre qui l’installèrent dans leur chapelle et le miracle se reproduisit dans la nuit. Le lendemain matin, l’image avait disparu. Se souvenant de ce que les bergères leur avaient raconté la veille, les religieux coururent à la Fontaine de Vaudouan et ils retrouvèrent la statue dans l’eau. 

Ils virent là une attention bien arrêtée de la part de celle que représentait la statue d’être vénérée en cet endroit même et ils édifièrent séance tenante une chapelle agreste pour abriter la statue.

Les fais divulgués par tout le Berry en firent un but de pèlerinage important et renommé jusqu’à ce jour. Le pèlerinage a lieu le deuxième dimanche après le 8 septembre. »

Les EX-VOTO: Ils tapissent toujours la Chapelle. Nous en avons compté plus de quatre-vingt.
Le testament de Réginald RAIMBUES: « A la mémoire de Réginald RAIMBUES, dit Renaud de Raimboeuf, Seigneur du Virolan, qui en 1921, testa plénière ment pour Notre-Dame ».
Le voeu de Louis XIII: « A la mémoire de Louis XIII mourant qui déléguait à pied trois seigneurs de sa cour à Notre-Dame de Vaudouan en mai 1643

D’autres visites princières y sont évoquées.

L'église de Briantes

L’église de Briantes

Renseignement diocèse: contacter la mairie.

« L’édifice est placé sous le patronage de Saint-Aignan (évêque d’Orléans, il sauva sa ville des hordes d’ATTILA, vers 451 ; il mourut vers 453. On peut voir sa représentation sur le vitrail (dix-neuvième siècle) du fond.

L’église fut donnée vers 1100 par l’archevêque de Bourges à l’abbaye de Déols. »

« Cet acte explique le plan intérieur du monument qui présente certaines similitudes avec celui de Vic: nef unique, sans transept, séparée du choeur par un mur percé d’une ouverture avec arcade en plein cintre (demi-cercle); choeur prolongé d’une abside voûtée en cul-de-four (forme de four à pain). Cette structure permettait de distinguer, dans un même édifice, la partie réservée aux offices monastiques (le choeur) de celle réservée aux offices paroissiaux (les deux autels disposés de part et d’autre de l’arc dit « triomphal ») et aux réunions profanes. »

« Sur le côté sud (en contournant le monument par la droite), on remarque sur la nef les contreforts latéraux, terminés en glacis convexe, puis l’emprise des chapelles seigneuriales dont les contreforts couverts en batières comportent des écussons et au centre une niche, aujourd’hui vide. L’abside (partie circulaire du côté est) est décorée d’un cordon de billettes (sorte de pointillé en forme de boudin) et de modillons (pierre soutenant la corniches) sculptés. »

Le Château de Briantes

Cet édifice, au coeur du village, est situé sur une propriété privée. Il est donc interdit de s’en approcher. On l’aperçoit cependant depuis la route qui traverse le village.

Château de Briantes

fermé au public

« Le château pris ou détruit par les anglais en 1360, avait vu passer Du Guesclin. (…)

Reconstruit au XVIIIe siècle, bâti en retour d’équerre, l’édifice possède dans l’angle une tourelle hexagonale qui sert de cage à escalier, la porte est surmontée d’une accolade ornée de crochets, assortie de pinacles a feuilles déchiquetées. (…)

Cette propriété a appartenu aux familles de Malval, de Cluis, de Guéret, de La Châtre, de Vilaines. »

Le pigeonnier

Situé à l’extrémité nord du centre bourg, le pigeonnier date du XVe siècle. Il a été construit pour contenir 10 000 pigeons. On y compte 2 500 cases en poteries, profonde de 23 cm.

Le pigeonnier

fermé au public

« Dans chacune de ces cases peuvent loger 1 couple et 2 petits. La charpente du XVe siècle est en bois de châtaignier qui n’est pas piqué par les vers. L’échelle tournait complètement autour de l’axe du pivot facilitant les nettoyages et permettant d’enlever les jeunes pigeons. »

Les moulins

Lors de vos promenades autour du village, dans la campagne étendue qui nous entoure, vous apercevrez peut-être au bord de l’Indre les deux anciens moulins du village ayant appartenu notamment à Philippe de Villaine.

Chapelle de Vaudouan

Ces moulins sont désormais des propriétés privées, il est donc interdit de s’en approcher. Vous pouvez cependant les apercevoir de la route lors de vos promenades à Validé et au bord de l’Indre.

On compte deux moulins sur la commune. Ils sont situés tous les deux sur l’Indre, le Grand Moulin en amont de celui de Validé. 

Le Grand Moulin: ancien moulin de la seigneurie de Briantes, il est utilisé jusqu’en 1922.

Le moulin de Validé: en 1848, les farines que ce moulin fabrique se vendent dans la Creuse. Il ne cesse ses activités qu’en 1958.